Archives de catégorie : Confidences

Comme je vis la spiritualité

Nous sommes dans une crise de civilisation

Quittons les vieux schémas et la logique binaire du bien et du mal, il n’y a qu’un potentiel de croissance, un pont vers la conscience, ce qui est accompli ou pas accompli. L’épisode que nous traversons en ce moment n’est pas le mal, mais face au danger grandissant c’est le moyen que la vie met en place pour nous faire prendre conscience de nos comportements inadaptés en regard du vivant, ce vivant d’où nous provenons.

Continuer la lecture de Nous sommes dans une crise de civilisation

Confinement quotidien, prison imaginaire ?

Je me suis réveillé ce matin dans une ambiance où mon intériorité cherchait une raison à ma présence physique. Je me sentais piloté par une énergie floue d’amertume en moi et cela me fixait dans un mauvais goût de moi-même avec une tendance générale à me considérer « incapable », incapable de bien vivre et d’être heureux. Mais pourquoi donc !?

Continuer la lecture de Confinement quotidien, prison imaginaire ?

Contemplation du printemps

Au-dessus de moi depuis le début de la journée, des nuages blancs et gris poussés par le vent du nord, défilent à grande vitesse dans un ciel tout bleu et descendent vers le sud en cachant mille fois le soleil. Cela fait trois jours et autant de nuits que le vent les pousse ainsi, inlassablement.

Tantôt la campagne rayonne de mille éclats colorés sous l’explosion soudaine d’une lumière naturelle libérée et bientôt tout semble s’évanouir sous une teinte blafarde que le grand vent du nord dessine sans cesse.

Puis de nouveau, avec le soleil et ses chaudes caresses tout vient se confondre dans la félicité et l’allégresse d’un magnifique sourire céleste ; pour mourir à nouveau et renaître encore dans un mouvement sans fin.

Continuer la lecture de Contemplation du printemps

Sur le chemin du silence

Sur le sentier de la vie en silence et en conscience,
avancer.

Sur le chemin du silence une porte se franchit.

Sur le chemin du silence l’expérience s’introduit.

Continuer la lecture de Sur le chemin du silence

J’ai croisé une étoile filante

J’ai croisé une étoile filante. Une étoile filante comme porte-bonheur peut-être.
Il y a une attirance en moi pour la magie universelle et le désir secret d’une communion. J’ai une histoire mais je ne suis pas esclave de mon passé ni aliéné ou propriétaire de l’avenir, je suis simplement UNE ÉTAPE EN CONSTRUCTION dans LE COURANT DE CE GRAND TOUT qui me traverse. J’ai la seule perspective viscérale de tenter d’accomplir en conscience le meilleur de moi-même. Participer, être en capacité peut-être d’accueillir un nouveau, une croissance à créer sans failles avec fièvre, c’est-à-dire amener ma part d’évolution à la conscience universelle.

Une étoile filante a traversé le SILENCE de ma vie comme un bout du cœur de l’univers se précipitant pour laisser une trace de matière-lumière aux abords de mon cœur.
C’est magnifique et furtif une étoile filante. Ce n’est pas une anomalie du ciel et c’est muet d’intention. Il n’y a d’ailleurs rien à comprendre pour participer à la magie du ciel, juste accepter d’être là pour se laisser imprégner par son intensité et se joindre à sa lumière passagère.
Mais pour avoir la chance de la croiser il fallut être malgré tout au bon endroit au bon moment et faire ma part sur terre, VIVRE UN SILENCE CONSTRUCTEUR, puis DIRE MA DEMANDE au ciel en élevant mon vœu au plus haut. J’avais appelé de toute mon âme et je guettais les signes visant un mieux-être de complétude, de réjouissance et d’amour. La vie a répondu.

Continuer la lecture de J’ai croisé une étoile filante

Grandir en intériorité

Face à mes douleurs d’existence, à l’heure où je remettais ma vie en question,  j’ai cherché et tenté plusieurs voies d’épanouissement possible. Il y en a plein de respectable dans le domaine de la spiritualité. Après c’est une histoire d’affinité, de convenance personnelle qui m’en a fait choisir une en particulier (Artas) fondée par Bernard Montaud en 1982.
J’y ai trouvé un suivi et une douce rigueur qui me convenait. Aujourd’hui cette école  comporte 3 dimensions, 3 degrés d’approche permettant à chacun là où il en est, de trouver les réponses nécessaires à sa progression spirituelle. La première dimension est celle des clubs César, elle permet de se plonger dans l’univers de César, le héros d’un roman de Bernard Montaud, le vieux sage que nous rêvons tous de rencontrer pour donner du sens à notre existence.   La seconde dimension est celle nous permettant la découverte  de notre fonctionnement intérieur selon la Psychologie nucléaire®  fondée par Bernard Montaud. Elle s’accompagne d’une pratique de base régulière et assidue: l’assise immobile et silencieuse.  La troisième dimension est tournée vers l’accomplissement de sa vie par le service, « la Tâche », et les maisons de partage que sont ces lieux de vie où l’on expérimente une nouvelle manière de vivre ensemble, par les dialogues « en vérité » entre tous, pour apprendre à s’entraider et vivre ensemble dans un « partage de haut en bas ».
Continuer la lecture de Grandir en intériorité

L’amour moteur de tout

Au début de mon adolescence, le regard d’amour éperdu que je portais à ma petite amie du même âge était l’expression vivante, pure et inaliénable de ma croyance en un amour intemporel et éternel. C’était essentiel et au sommet de tout, comme le début et la fin de toute chose, la raison évidente de l’existence du monde et de Dieu. Je sentais couler en moi un sang d’amour que rien ne pouvait détourner.
Continuer la lecture de L’amour moteur de tout

Faire grandir l’être intérieur

Pour simplifier on pourrait dire qu’après avoir appris à réussir dans la vie, il est tout autant nécessaire d’apprendre à réussir SA vie, ces deux choses sont complémentaires et nécessaires à notre épanouissement global. Alors si réussir dans la vie va avec le domaine « extérieur » de notre existence, comment s’y prendre avec ce qui est de notre réussite intérieure ? Parce qu’on le sent bien, dans le cours de notre évolution,  à un moment de notre vie, nous ne sommes plus satisfait de nous-même et ce n’est plus l’ajout de choses extérieures qui nous comblent. Nous ne savons pas encore ce qui nous manque vraiment mais le mal-être est là. Alors si un peu de foi nous anime, quelque chose en nous à l’intérieur, au plus profond de notre être se réveille et cherche à se mettre en route vers un essentiel pour tenter de combler le manque, en vue d’une nouvelle réussite possible.