A l’écoute du silence intérieur

L’être humain est le dernier maillon en date de la création, comme l’est avant lui le minéral, le végétal et l’animal. L’homme, l’humain est comme un point exceptionnel de l’histoire à l’endroit où la nature prend conscience d’elle-même s’interrogeant sur son propre destin. L’écoute de son silence intérieur le pousse toujours plus loin vers une conscience de lui-même paisible et aimante. Cette conscience s’éveille en lui lorsque son mental se calme. C’est alors plonger dans le silence intérieur pour revenir à l’essentiel, lui-même.
La conscience n’est pas encore une fonction naturellement implantée chez l’humain. Elle n’est pas non plus gratuite, il faut produire un effort pour y accéder, elle est reproductible certes mais par une pratique dont les effets resteront malgré tout éphémères. La dimension spirituelle et ses outils associés sont la condition de notre progression intérieure et la promesse d’un passage de notre nature inférieure (notre passé personnel) à notre nature supérieure (notre futur individuel), c’est-à-dire ce pourquoi nous sommes tous promis sur terre, à notre propre évolution individuelle, le meilleur de nous-même vecteur de l’Homme nouveau, d’une vie sans cesse renouvelée.

Le silence est constructeur.
Notre corps se nourrit avant tout d’amour et c’est dans l’éveil de notre sensibilité, de nos sens, que cette nourriture d’amour s’imprègne en nous pour nous construire.
Qu’est-ce que l’on aime chez un être ?
Pour les yeux de l’affectif, l’enveloppe charnelle le coté plastique du corps, le sex-appeal…
Mais pour les yeux du cœur,
ce qui traverse la matière pour côtoyer l’invisible
l’ineffable et invraisemblable mystère de l’autre.
Un invisible silencieux, intérieurement actif
qui nous parle et nous construit aussi,
dans un équilibre reconnu que seule la conscience peut exalter.
Alors cette conscience devenue soi purifié
est agissante et cherche en sincérité le meilleur de la vie.
À cet endroit chacun se reconnaît l’égal de l’autre, indispensable,
indissociable comme chaque cellule de notre organisme participe de concert
à rendre possible la magie active du corps humain dans sa parfaite harmonie.
Ce que l’on aime n’est plus seulement ce que l’on regarde,
mais ce que l’on voit éclairé de la lumière du cœur.
Alors l’amour est un pont pardessus nos petites différences
permettant le passage de l’un à l’autre
dans une comme-union sans cesse renouvelée.

Le silence était là avant nous,
il le sera encore après nous,
c’est encore lui qui nous construit,
tout est en construction, toujours.
La paix se construit,
l’amour se construit,
la vie se construit,
l’avenir se construit,
EN CHACUN
LE SILENCE CONSTRUIT,
MAIS C’EST NOUS QUI CHOISISSONS LE SILENCE.
Le silence est actif et non passif
le silence est d’or, et le sommeil de plomb dit-on,
alors c’est à chacun de se réveiller
et de faire le choix d’une transformation du plomb en or.
Ressentir, accueillir nos émotions sans les condamner
pour que l’amour existe, nous traverse, dure encore et toujours.

La spiritualité n’est pas séparée de la matière, elle est information, spiritualité manifestée et c’est à l’intérieur de la matière c’est-à-dire de soi-même que l’on est connecté aux autres et à l’univers.

1 réflexion sur « A l’écoute du silence intérieur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *