Archives par mot-clé : vivant

Pollution intérieure

Nous sommes tous concernés d’une manière ou d’une autre par la pollution extérieure, celle que nous générons à travers nos faits et gestes quotidiens dans tous les domaines de la vie. Et de fait tous concernés de la même façon, vu ou pas vu, par notre pollution intérieure, celle que nous nous infligeons à nous-même sans cesse en pensant, disant ou nous faisant du mal. L’une à l’extérieur comme réplique visible de celle, cachée, provenant de notre intériorité en désordre. Cette crise planétaire et humaine que nous traversons est comme un cri d’alarme que nos oreilles, notre raison ne peuvent pas ne pas entendre. Cela devrait nous pousser plus vite et plus sûrement à des questions sincères et essentielles : Qu’est-ce que je fais de ma vie ? À quoi je sers vraiment ? C’est quoi ma vie ? Les réponses doivent venir et servir d’appui à la sauvegarde d’un monde meilleur.  Pour que ce monde meilleur, en paix,  puisse exister à l’extérieur, ne doit-il pas d’abord exister à l’intérieur ? Le chemin de pratique d’une rencontre avec le meilleur de soi-même est plus que nécessaire aujourd’hui, qui d’autre qu’un homme en paix dedans agissant avec le meilleur de lui-même pourrait construire la paix à l’extérieur ? Alors au plus fort de ces convictions nous saurons être respectueux de nous-mêmes, des autres et de toute chose. Nous saurons quoi faire de notre vie et comment soigner le présent pour que notre futur existe dans la paix et l’harmonie.

Acteur de ma vie

Nous avons le choix de nous accomplir du côté de la vie, dans un rôle d’acteur à travers l’évolution naturelle respectueuse de l’homme et de la nature de toute chose. Ou alors ne rien tenter, et seulement subir notre condition première sans se remettre en question et finir par étouffer la vie et toute possibilité spirituelle porteuse de vie, régresser même, dans une humanité qui n’évoluera plus intérieurement. Devenue fébrile, mutante et artificielle,  toujours plus aveugle et pathologique, aigrie et violente, la conquête seulement extérieure, comme une involution, pourrait bien tout anéantir. Tel est l’enjeu : Participer à la vie ou la détruire.
Continuer la lecture de Acteur de ma vie

Vers l’homme nouveau

En dehors de tous subterfuges artificiels, il y a quelque chose en nous (le mystère de la VIE dans son évolution naturelle) qui nous pousse à chercher notre utilité sur terre, à aimer et se sentir aimer. Cette évolution présente mais en germe en nous est un appel à ce rendez-vous sincère et particulier si nous le décidons. Le seul canal que nous ayons à notre disposition et nous permettant de répondre à cet appel, cette recherche, est notre corps-esprit support de la VIE qui nous traverse. S’extraire de nos habitudes et décider de s’arrêter dans le silence et l’immobilité est le premier ingrédient nous permettant une écoute du sens à travers notre corps, de nos mouvements intérieurs, nos commentaires et souffrances psychiques… C’est l’effort de curiosité et d’engagement régulier nécessaire à l’amélioration de notre existence de tous les jours. Quand le chercheur est en route il trouve à chaque étape de son chemin les réponses adéquates à son évolution dans l’expérience qu’il rencontre.

Grandir en intériorité

Face à mes douleurs d’existence, à l’heure où je remettais ma vie en question,  j’ai cherché et tenté plusieurs voies d’épanouissement possible. Il y en a plein de respectable dans le domaine de la spiritualité. Après c’est une histoire d’affinité, de convenance personnelle qui m’en a fait choisir une en particulier (Artas) fondée par Bernard Montaud en 1982.
J’y ai trouvé un suivi et une douce rigueur qui me convenait. Aujourd’hui cette école  comporte 3 dimensions, 3 degrés d’approche permettant à chacun là où il en est, de trouver les réponses nécessaires à sa progression spirituelle. La première dimension est celle des clubs César, elle permet de se plonger dans l’univers de César, le héros d’un roman de Bernard Montaud, le vieux sage que nous rêvons tous de rencontrer pour donner du sens à notre existence.   La seconde dimension est celle nous permettant la découverte  de notre fonctionnement intérieur selon la Psychologie nucléaire®  fondée par Bernard Montaud. Elle s’accompagne d’une pratique de base régulière et assidue: l’assise immobile et silencieuse.  La troisième dimension est tournée vers l’accomplissement de sa vie par le service, « la Tâche », et les maisons de partage que sont ces lieux de vie où l’on expérimente une nouvelle manière de vivre ensemble, par les dialogues « en vérité » entre tous, pour apprendre à s’entraider et vivre ensemble dans un « partage de haut en bas ».
Continuer la lecture de Grandir en intériorité

L’amour moteur de tout

Au début de mon adolescence, le regard d’amour éperdu que je portais à ma petite amie du même âge était l’expression vivante, pure et inaliénable de ma croyance en un amour intemporel et éternel. C’était essentiel et au sommet de tout, comme le début et la fin de toute chose, la raison évidente de l’existence du monde et de Dieu. Je sentais couler en moi un sang d’amour que rien ne pouvait détourner.
Continuer la lecture de L’amour moteur de tout

Faire grandir l’être intérieur

Pour simplifier on pourrait dire qu’après avoir appris à réussir dans la vie, il est tout autant nécessaire d’apprendre à réussir SA vie, ces deux choses sont complémentaires et nécessaires à notre épanouissement global. Alors si réussir dans la vie va avec le domaine « extérieur » de notre existence, comment s’y prendre avec ce qui est de notre réussite intérieure ? Parce qu’on le sent bien, dans le cours de l’évolution qui est la nôtre,  à un moment de notre vie, nous ne sommes plus satisfait de nous-même. Nous ne savons pas encore ce qui nous manque, mais si un peu de foi nous anime, quelque chose en nous à l’intérieur, au plus profond de notre être, cherche à se mettre en route pour tenter de combler le manque d’une nouvelle réussite possible.