Grandir en intériorité

Face à mes douleurs d’existence, à l’heure où je remettais ma vie en question,  j’ai cherché et tenté plusieurs voies d’épanouissement possible. Il y en a plein de respectable dans le domaine de la spiritualité. Après c’est une histoire d’affinité, de convenance personnelle qui m’en a fait choisir une en particulier (Artas) fondée par Bernard Montaud en 1982.
J’y ai trouvé un suivi et une douce rigueur qui me convenait. Aujourd’hui cette école  comporte 3 dimensions, 3 degrés d’approche permettant à chacun là où il en est, de trouver les réponses nécessaires à sa progression spirituelle. La première dimension est celle des clubs César, elle permet de se plonger dans l’univers de César, le héros d’un roman de Bernard Montaud, le vieux sage que nous rêvons tous de rencontrer pour donner du sens à notre existence.   La seconde dimension est celle nous permettant la découverte  de notre fonctionnement intérieur selon la Psychologie nucléaire®  fondée par Bernard Montaud. Elle s’accompagne d’une pratique de base régulière et assidue: l’assise immobile et silencieuse.  La troisième dimension est tournée vers l’accomplissement de sa vie par le service, « la Tâche », et les maisons de partage que sont ces lieux de vie où l’on expérimente une nouvelle manière de vivre ensemble, par les dialogues « en vérité » entre tous, pour apprendre à s’entraider et vivre ensemble dans un « partage de haut en bas ».

Avec la deuxième dimension, c’est plus de 80 groupes de pratique de  l’assise immobile et silencieuse  qui existe en France et à l’étranger.  L’assise est un face à face avec soi-même dans le silence et l’immobilité pour comprendre qui nous sommes, comment nous fonctionnons et apprendre à bien vivre avec nos imperfections.
Cette école de la vie intérieure Artas, propose des outils complets et concrets à la mesure de chacun.  Elle conduit chacun à la capacité de se prendre en main de façon libre et individuelle. Elle mène le chercheur, le curieux de soi par les étapes appropriées, à découvrir qui il est vraiment, pour être en paix avec lui-même et le monde, en résonance avec  ce pour quoi il est fait vraiment, quel service il peut rendre, à la terre, aux animaux, aux hommes… C’est une voie spirituelle occidentale dans l’ordinaire et une école d’amour.
Cet amour, dans sa simplicité et humilité est d’abord celui que l’on se porte à soi-même par la reconnaissance de qui l’on est. Et c’est d’abord une petitesse en soi que l’on rencontre, une façon d’être cyclique, avant la conquête et découverte de sa grandeur… Et ce n’est pas si simple que ça d’accepter notre imperfection chronique, mais c’est la douane à payer pour découvrir un autre monde, un monde dans une réalité faite de vérité, juste à côté. Il faut être en paix avec soi-même pour ensuite aimer vraiment les autres comme ils sont. C’est d’ un amour vivant dont il s’agit et donc sans cesse à choisir, à conquérir, à entretenir et protéger, grâce à la foi comme moteur d’un meilleur de soi. Avec l’aide d’outils de pratique de transformation, en passant de notre « nature inférieure » à notre « nature supérieure », de notre « pire » à notre « meilleur » nous devenons co-auteur de notre propre évolution. Les réponses et actes issus de nos pratiques en laboratoire à travers l’assise immobile et silencieuse,  sont un bénéfice transposable dans notre vie de tous les jours. Grâce à cette conquête répétée régénératrice d’une vie meilleur, le seul pouvoir qui nous anime est de transformer un moment malheureux imparfait en un moment heureux IMPARFAIT et ce n’est déjà pas si mal d’avoir vaincu la guerre en soi pour se tourner du côté de la paix !

Une réflexion au sujet de « Grandir en intériorité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *