A n’en point douter, la crise est là et elle va bouleverser notre quotidien en profondeur jusqu’à infléchir nos comportements les plus ordinaires. Mais elle pourrait bien être une chance, une crise bénie qui accouche d’une nouvelle humanité : l’humanité qui partage.
C’est cette autre version de la crise que Bernard Montaud propose dans son ouvrage « Bénie soit la crise de l’Occident, une analyse spirituelle de la crise » aux éditions Editas.
- Peut-on vivre la crise comme une opportunité ?
- Serait-il possible d’en profiter au lieu de la subir ?
- Se peut-il qu’elle devienne une occasion historique permettant au meilleur de l’homme de se réveiller ?
- Ne serait-elle pas un rendez-vous pour que naisse une humanité plus juste et plus solidaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *